Lecture n°1 : al Qur’ân al Karîm – Le Noble Coran

Chaque mois, l’équipe Jâhiz vous révèle un livre de sa bibliothèque.

Nous espérons que nos conseils lectures vous inspireront in châ Allâh.

 

BismiLlahi ar-Rahmâni ar-Rahîm,

On ne pouvait commencer cette série d’articles sans citer en premier al-Qur’ân al Karîm, le Coran, le meilleur des livres.

Celui en notre possession et que nous utilisons régulièrement est :

al-Qur’ân at-Tajwîd

(Français-Arabe)

 

coran-al-tajwid

Pourquoi?

 

1) Car cet exemplaire du Coran contient les règles de tajwîd*

représentées par différentes couleurs. C’est l’outil parfait pour la lecture et l’apprentissage.

Vous y habituez dès le début de votre apprentissage vous poussera à faire attention à chaque lettre. Mais il est encore mieux de pouvoir lire d’un Mus’haf sans les couleurs tout en appliquant soi-même les règles. Cela viendra progressivement in châ a Llâh.

2) Car la traduction figure sur la même page 

ainsi, il est aisé de s’y référer lorsque l’on ne comprend pas certains termes ou tout simplement lorsque l’on souhaite lire puis méditer.

3) Car les versets se finissent obligatoirement sur une page

Impossible de trouver un verset découpé sur les deux pages et c’est très important pour la mémoire visuelle (on en reparlera!).

4) Car il n’y a pas de phonétique

Dans le modèle Arabe – Phonétique – Français, la phonétique occupe toute la page de gauche. Là encore, cela va jouer sur la mémoire visuelle car toutes les pages apprises seront sur le même côté (alors que lorsque vous apprenez sur les deux pages, vous pourrez plus facilement vous repérer).

Certain(e)s d’entre vous nous ont fait part de leurs difficultés à lire l’arabe et à la nécessité d’apprendre grâce à la phonétique. Rassurez-vous, nous sommes passés par là aussi. Mais nous avons très tôt abandonné la phonétique ce qui nous a évité de grosses erreurs de prononciation et de récitation el hamdouliLlah.

En effet, cela nous a évité les erreurs de temps que l’on a difficilement évacué, l’oubli des chedda, les prononciations de certaines lettres qui se ressemblent, la prononciation de la hamza et pleins d’autres encore!

Alors un conseil qui nous vient vraiment du coeur :

Quitte à y passer plusieurs mois, prenez le temps d’apprendre à lire et à écrire afin d’éviter les erreurs citées plus haut. Vous ne le regretterez pas! Aussi, vous ne risquez pas d’oublier la première fois où vous aurez clôturé la lecture du Qur’ân en arabe. Emouvant!

D’ailleurs ‘Omar ibn al-Khattab (qu’Allâh l’agréé) a dit :

« Apprenez la langue arabe car elle fait partie de votre religion ».

Rapporté par Ibn Abi Chayba

Par ailleurs, les savants ont considéré que la phonétique est une altération du Coran car tout l’alphabet change. Ainsi, ceux-ci ont interdit le Mus Haf en phonétique**.

De nombreux outils existent désormais pour apprendre à lire et à écrire en très peu de temps. Pour n’en citer que deux, nous vous recommandons :

le pré-requis de la méthode DARSSCHOOL, une méthode d’apprentissage de la langue arabe basée sur les Tomes de Médine et développée par les éditions BDouin. Ce pré-requis contient les lettres de l’alphabet et de nombreux exercices d’écriture.

les cours d’ustâdha Myriam de l’institut Darajat.net (cours réservés aux femmes). Notre soeur propose des cours d’arabe de différents niveaux sur sa plateforme en ligne. Des cours de Coran et de tajwîd sont également proposés.

Enfin, si vous ne pouvez vraiment pas apprendre l’arabe, essayez d’apprendre en répétant après un récitateur. Cela peut déjà vous éviter de faire de nombreuses erreurs.

Qu’Allâh nous facilite l’apprentissage de Sa parole !

Et vous? Quel Mus’haf utilisez-vous?

*les règles de tajwîd sont les règles de prononciation des lettres lors de la récitation du Qur’ân. S’il nous est pas obligatoire de les connaître, nous avons l’obligation de les appliquer

**Source : 3ilm char3i

Click Here to Leave a Comment Below