Lecture n°6 : La guérison par le Coran de Sh. ‘Abder-Razzâq Al ‘Abbâd

Chaque mois, l’équipe Jâhiz vous révèle un livre de sa bibliothèque.

Nous espérons que nos conseils lectures vous inspireront in châ a Llâh.

BismiLlahi ar-Rahmâni ar-Rahîm,

Rappelez-vous lors de la lecture n°2 sur la méditation du Coran, nous évoquions les différentes caractéristiques du Coran parmi lesquelles figurait la guérison.

Les temps sont difficiles, alors quoi de mieux pour nos coeurs que le Qur’ân. A ce titre, nous allons aborder ce mois-ci :

La guérison par le Coran

de Shaykh ‘Abder-Razzâq Al ‘Abbâd

(qu’Allâh le préserve)

 

livre-audio-sounnah-guerison-par-le-coran-shaykh-abder-razzaq-al-abbad-jahiz-lecture-coranlivre-audio-sounnah-guerison-par-le-coran-shaykh-abder-razzaq-al-abbad-jahiz-lecture-coran

Cette conférence donnée par le sheykh a été retranscrite et traduite par notre frère Sulaymân Abû Maryam Al-Antîly (qu’Allâh le préserve).

Dès l’introduction, l’auteur cite les différents versets qui décrivent le Qur’ân comme étant une guérison. Parmi ceux-ci :

« Dis pour ceux qui croient il est une guidée et une guérison ».

Sourate n°41 Foussilat, verset 44

L’auteur confirme que le Coran est un antidote, un médicament pour les maladies, les troubles qui touchent et affectent les gens ainsi que leurs coeurs.

Il affirme même que tout ce par quoi le coeur de l’être humain peut être frappé dispose de son remède dans le Livre d’Allâh.

« Le Coran nous cite les maladies et les remèdes! » dixit l’auteur.

C’est ainsi qu’il cite Qatada (qu’Allâh lui fasse miséricorde) dont les paroles sont les suivantes :

« Assurément le Coran vous indique votre maladie et votre remède. Votre maladie sont les péchés, quant à votre remède, c’est le fait d’implorer le pardon d’Allâh le très Haut ».

Le Coran cite les différentes types de maladie, qu’elles concernent les corps ou les coeurs.

L’auteur évoque alors deux types de maladies du coeur : Les pulsions (ash-shahawât) et les ambiguïtés (ash-shubuhât) qu’il développera plus précisément. Toutes pervertissent des aspects différents de l’homme : sa volonté ou sa compréhension religieuse.

En référence au célèbre hadith du Prophète (Paix et bénédictions soient sur lui), l’auteur tient à soulever qu’une fois que le coeur est touché, le mal se propage alors vers les autres membres. L’inverse est vrai : si le coeur est en bonne santé, les autres membres le seront également.

Le shaykh aborde alors les bonnes conséquences sur les différents organes qu’il évoque successivement.

Lorsque l’auteur aborde la guérison par le Coran en tant que telle, il tient à souligner que cette guérison ne saurait se réduire à la Roqiya ash-Shar’iyyah qui consiste à réciter le Coran sur nous même ou sur une personne malade. Il indique donc que le sujet de la guérison par le Coran est beaucoup plus vaste que cela.

Attention donc à ne consulter le livre d’Allâh que lorsque nous sommes malades. Car en réalité, il faut faire ce qu’Ibn Qayyim (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a prescrit :

« Quand tu lis le Noble Coran et que tu passes par un passage ou un verset dont tu as besoin ou qui te concerne, qui concerne un vice que tu peux avoir en toi, il convient de le répéter à plusieurs reprises ce verset ou ce passage qui te concerne, et ceci te sera bénéfique ».

Il faut alors relire ce passage avec le coeur présent et en faisant un effort particulier en méditant sur sa signification et en consultant les ouvrages d’explication du sens de ces versets.

Shaykh  ‘Abder-Razzâq al ‘Abbâd nous explique la raison pour laquelle la lecture de versets grandioses ne produit un effet quasi-inexistant sur nous : c’est l’absence de méditation sur la signification de ces versets.

Si nous sommes plus motivés de savoir dans combien de temps nous aurons fini de lire le Coran, le shaykh explique qu’en réalité, il nous incombe de savoir dans combien de temps telle ou telle maladie que j’ai, tel ou tel péché qui me ronge va me quitter par l’effet du Coran sur moi.

C’est alors que l’auteur cite les différents versets qui évoque la méditation parmi ceux-ci :

« Ne méditent-ils par sur le Coran ou y a t-il des cadenas sur leurs coeurs ».

(Sourate 47, Muhammad, verset 24)

Enfin, le shaykh évoque les compagnons qui mettaient plusieurs années à mémoriser une seule et unique sourate alors qu’ils étaient capables de l’apprendre en un mois. Tout cela, dans l’objectif de saisir et comprendre la parole d’Allâh.

En bonus, ce livre contient un extrait intitulé « Parmi les Mérites du Coran », d’ibn al Qayyim.

On n’en dit pas plus si ce n’est :

« Comment est-il possible que tu ne dépenses pas toute ton énergie, toute l’énergie de ton âme pour obtenir Son amour?

On récapitule donc :

« Votre maladie sont les péchés

Le remède est d’implorer le pardon d’Allâh »

Il y a deux types de maladie du coeur : les pulsions et les ambiguïtés

De l’état du coeur dépendra le reste du corps

Les actes de l’être humain ne sont que les conséquences de l’état de son coeur

La guérison par le Coran ne se limite pas à la Roqiya ash-Shar’iyyah

Il nous faut méditer sur la signification des versets

 

La guérison par le Coran, Shaykh ‘Abder-Razzâq Al ‘Abbâd, Audio Sunnah, 5€

Vous souhaitez vous le procurer?

Rendez-vous sur le site Audio Sunnah => juste ici.

Click Here to Leave a Comment Below